Accueil Ana Ma Yoga Cours Mots Évènements

Partage du mois : Mars 2020

"Les êtres sont comme des fleurs uniques. Chacun s'ouvre et
s'épanouit à sa manière et à son propre rythme. "

Swami Paramatma

Leuhan - juillet 2014 ; publication mars 2020

"Quand on impose une discipline à son mental, il rue un peu dans les brancards. Et ses ruades, on peut les observer comme étant des volontés de ruades ou ruer. Il vaut mieux les observer comme une volonté de ruer et dire « tu ne m’auras pas mon petit gars ». C’est un jeu sérieux mais c’est un jeu. On est habitué à céder tout de suite. Là, on s’entraine à ne plus céder. C’est un entrainement. Celui qui fait le 110 mètres haie, est-ce qu’il cède à la moindre douleur de suite ? Je ne pense pas. La clé, c’est la relaxation. Lorsqu’il y a une sensation de douleur, le réflexe ça doit être encore plus de relaxation. Vous saurez que vous êtes détendu si vous avez ce sentiment de stabilité. En fait, c’est assez plaisant ce sentiment de stabilité. Alors que si on attaquait la posture en disant « devenez stable », ce serait intolérable. Tout le monde aurait envie de bouger instantanément. Là, la ruse c’est la détente. Le résultat d’une profonde relaxation, c’est une immobilité. Pour créer un mouvement, il faut une tension musculaire quelque part. Il faut un bras de levier. Quelqu’un qui est complétement détendu est incapable de bouger. Car pour bouger, il faut une tension. Détente, détente, détente et encore plus et encore plus. Ce qui émerge, c’est obligatoirement une stabilité. Comme le chat qui est complètement relax. Et si la souris montre une moustache, il est tellement concentré qu’il attrapera en un quart de dixième de seconde. C’est exactement cela que l’on vise. Pour nous, la souris, c’est une pensée ou une émotion. Et dès qu’une pensée amène un mouvement dans quelque chose de stable, on le voit. Et on le voit comme une turbulence. On reste différencié entre l’observation et l’observateur. Jamais association de l’observateur avec l’observation. Si je laisse mon mental faire comme il a l’habitude de faire, il y a toujours identification de l’observation avec l’observateur. Et c’est une erreur de vie, une erreur de comportement de vie. C’est une erreur. Pour observer les manifestations des interactions que l’on entretient, des millions et des millions à chaque seconde, avec l’environnement, il faut être observateur neutre. Et parmi les millions, en voir une ou deux ou quatre agir en même temps. Et c’est ça être spirituel ".


| Transmission, paroles de yogi, Paramatma |

Île Sein - 26 août 2019 ; publication mars 2020

Invitation à la réflexion...
Il y a des rencontres rencontres qui transforment nos vies.
Gratitude profonde. Ana Ma

Photo video YouTube


Quote

Mars 2020

"The roads gleam towards you
The oceans beckon towards you
A beauty beyond the lapping waves...""


TRESSER SA CHEVELURE

ॐ CARNET DE VOYAGE — 8 — À la rencontre de soi • Yoga • Méditation • Chamanisme
Mercredi 25 mars 2020

"Ma grand-mère disait que lorsqu'une femme se sent triste la meilleure chose qu'elle puisse faire c'est tresser sa chevelure; de cette manière la douleur reste attrapée dans la chevelure et ne peut pas atteindre le reste du corps; Elle disait qu'il fallait faire attention à la tristesse de façon à ce que cette dernière n'aille pas se loger dans nos yeux car elle les ferait pleuvoir, il n'était pas bon non plus de laisser cette tristesse glisser dans nos lèvres car elle nous obligerait à dire des choses inexactes. Attention aussi de ne pas la laisser entrer dans tes mains, me disait elle, car ton café serait trop cuit et ta pate pas assez; c'est que la tristesse aime la saveur amère. Quand tu seras triste mon enfant, tresse ta chevelure, attrape la douleur dans tes mailles et laisse la s'échapper lorsque le vent du nord soufflera avec force.
Notre chevelure est un filet capable de tout attraper, elle est forte comme les racines du cyprès et douce comme l'écume d'un atole".
Traduction du merveilleux texte de Paola Klug, anthropologue

Ana Ma - Tresser sa chevelure ; extrait du ॐ CARNET DE VOYAGE — 8


Proverbe chinois

Partage du mois : Avril 2019

"Le bonheur n’est pas dans le but mais dans les fleurs que vous respirez sur le chemin."


THICH NHAT HANH - La Paix en soi, la paix en marche

Partage du mois : Décembre 2018

"Le miracle n’est pas de marcher sur l’eau, il est de marcher sur la Terre verte dans le moment présent et d’apprécier la beauté et la paix qui sont disponibles maintenant."

Roland Dorgelès

Partage du mois : Avril 2018

"Le voyage pour moi, ce n’est pas arriver, c’est partir. C’est l’imprévu de la prochaine escale, c’est le désir jamais comblé de connaître sans cesse autre chose, c’est demain, éternellement demain."


Martha Medeiros

Acrônica publicada originalmente no jornal ‘Zero Hora’, em 1 de novembro de 2000

"(...) Morre lentamente quem não viaja, quem não lê, quem não ouve música, quem não acha graça de si mesmo. (...)"

Ana Ma - Sortie au fenua eihere après la commune de Teahupo'o

@ Photo Ana Ma

Crazy Horse, Lakota/Ogla

Janvier 2018 - Partage

"Traitez bien la terre,
elle ne vous a pas été donnée par vos parents,
elle vous a été prêté pour vos enfants."


Nisargardatta Maharaj

Août 2017 - Partage

"Nul autre que toi n'est Créateur!
Nul autre que toi n'est le Protecteur!
Nul autre que toi n'est le Destructeur!"


Nisargardatta Maharaj

Août 2017 - Partage

"La rivière de la vie coule entre les rives de la souffrance et du plaisir. Il n’y a de problème que si le mental refuse de couler avec la vie et reste cloué aux rives. Ce que j’entends par couler avec la vie, c’est l’acceptation, laisser venir ce qui vient et laisser aller ce qui va."

Ana Ma - Vague Teahupoo 2017 - inspiration


Osho

Août 2017 - Partage

"L’amour est comme un oiseau libre d’aller partout, le ciel tout entier est sa liberté."

Oiseaux de Tahiti Iti - liberté